Agbeyome Kodjo relève les avantages de la sécurité maritime pour les togolais Featured

76

“Quand les routes maritimes sont jonchées de pirates, le Port de Lomé enregistrera peu de navires. Quand il y a peu de navires, il y a moins de droits de douanes et quand il y a moins de droits de douanes, le budget voté ne peut pas être réalisé. Donc, cela cause l’amenuisement des moyens pour répondre à la demande sociale dans tel ou tel autre domaine”.

C’est ce qu’a expliqué Agbeyome Kodjo, l’ancien Premier Ministre du Togo aux lendemains de l’adoption et de la signature de la Charte de Lomé sur la sécurité maritime et le développement en Afrique. 

Intervenant sur la Chaîne de télévision LCF, le président d’OBUTS a salué l’Organisation maritime du Togo avec la création du Haut Conseil pour la Mer (HCM), l’Organisme national pour l’Action de l’Etat en Mer (ONAEM), la préfecture maritime et la dotation de la marine nationale d’un patrouilleur. 

L’ancien directeur général du Port de Lomé a indiqué le Golfe de Guinée est la meilleure route maritime pour rallier l’Europe et les Etats-Unis parce que lorsque la route est courte, les taxes ne sont pas élevées.

“Lutter contre la piraterie, c’est contribuer à la compétitivité de nos économies. C’est contribuer également à améliorer les activités… Sur ce volet-là, nous devons applaudir”, a déclaré Agbeyome Kodjo.

Le Docteur en économie rappelle que les cours des matières premières sont en chute libre et que le Togo et l’Union Africaine ont bien vu en mettant l’accent sur le développement de l’économie bleue pour combler les besoins de la population africaine qui doublera d’ici 2050. 

L’ancien Premier Ministre estime que la société civile et l’opposition devaient faire bloc derrière l’initiative du sommet de Lomé sur la sécurité maritime et le développement. Il répond à qui veut sa participation au sommet qu’ils n’ont pas l’expertise qu’il a sur les sujets pour lesquels il a été sollicité.

Toutefois, M. Kodjo déplore le fait que la population n’ait pas adhéré au sommet. La faut au manque de communication gouvernementale. Les autorités n’ont pas su expliquer les retombées du sommet aux citoyens.

Le patron de l’OBUTS appelle la diplomatie togolaise à prendre son bâton de pèlerin pour faire ratifier rapidement la Charte par 15 pays pour qu’elle rentre dans sa phase de mise en œuvre.

Profitant de l’occasion, M. Kodjo a abordé la récurrente question des réformes politiques. Il pense que le Président de la République exécutera son engagement dans les jours et les semaines à venir.

TogoBreakingNews.info