5 Togolais condamnés en Chine : Le MMLK réagit

65

Condamnation à des peines de mort ou de réclusion perpétuelle de 5 citoyens togolais pour trafic de drogue par le Parquet populaire de la Chine : Le MMLK s’insurge contre cette mascarade judiciaire et appelle les Nations Unies à universaliser l’abolition de la peine de mort

Le Mouvement Martin Luther KING s’indigne de la condamnation de cinq ( 5) citoyens Togolais dont trois (3) à des peines de mort et deux ( 2) à réclusion perpétuelle pour trafic de drogue et appelle à une mobilisation des organisations de défense des droits de l’homme pour que justice soit faite .

En effet, il s’agit de cinq (5) citoyens Togolais arrêtés et jugés dont les uns sont condamnés à mort et les autres à perpétuité entre 2009 et 2010. Accusés de trafic de drogues par le parquet Populaire Intermédiaire de Shenzen de Guangdong de la République populaire de Chine, les sieurs Kotoko Komlan Holounou, Logotse Yao Mensan et Adika Houedenou, ont reconnu les faits qui leur sont reprochés et regrettent profondément avoir déshonoré le Togo.

Quant aux deux autres notamment LAMADOKOU Komi Mensah et DJABAOUI Daguem, accusés de même délit, ils estiment avoir été sollicités au départ par une tierce personne pour remettre un coli à un destinataire à l’aéroport en Chine sans savoir qu’il contenait des produits stupéfiants. Malheureusement, ils ont été arrêtés à leur descente à l’aéroport pour trafic de drogues. Ces arguments n’étant pas de nature à les décharger des faits criminels ni les acquitter, ils ont été aussi condamnés mais à réclusion perpétuelle.

Il n’est de secret pour personne que les réseaux des trafiquants et de contrebandes des drogues et des stupéfiants sont combattus de toute vigueur et recherchés activement de par le monde entier, ce qui exclut de facto une indulgence ou compromission à leur égard ou une éventuelle défense de leur cause. En clair, ils méritent d’être poursuivis et traduits devant les juridictions nationales compétentes avec des peines d’emprisonnement conformes aux lois en la matière. Au Togo, les peines d’emprisonnement prévues n’excèdent pas 15 ans. Alors qu’en Chine, certains compatriotes incriminés sont condamnés à mort, et d’autres à perpétuité pour la même infraction.

C’est à ce niveau où le MMLK considère ces peines trop lourdes, exagérées, fantaisistes, injustes et arbitraires. Si c’est ce que prévoient les dispositions judiciaires en Chine en la matière, alors ce serait des atteintes au droit pénal dans le droit international qui doit en principe s’imposer à tous les Etats, membres de l’ONU.

Pour le MMLK, les sentences prononcées contre les compatriotes et qui les condamnent ad vitam à vivre dans les maisons d’arrêt de la Chine par complaisance des tribunaux de ce pays, méritent de susciter tant des réactions diplomatiques que celles des organisations de défense des droits de l’homme. Il y a lieu d’espérer que les relations excellentes de coopération et d’amitié qui existent entre le Togo et la Chine vont être déterminantes et mises à profit pour une issue heureuse et prometteuse à cette affaire.

Il va sans dire que l’intervention du magistrat suprême, ou celle des affaires étrangères du Togo, s’avère indispensable pour inverser résolument la tendance et donner l’espoir aux compatriotes de rentrer au bercail un jour. En attendant, plus de cinq (5) ans de détention dans les prisons de la Chine, le MMLK s’inquiète de leurs conditions difficiles et pénibles et appelle au respect des droits de l’homme conformément à la Déclaration Universelle des droits de l’Homme.

Le MMLK invite le Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies et les Organisations de Défense des Droits de l’Homme à se mobiliser massivement de par le monde entier pour l’abolition universelle de la peine de mort.

Le Président,
Pasteur EDOH K.KOMI

icilome.com